Internat Majustu
Oh, un invité =D

Ici monsieur Popup de connexion pour vous inviter à ce forum vraiment cool.
Seriez-vous par hasard à la recherche d'un super bon forum RPG où vous vous amuserez et trouverez la bonne ambiance ?
Vous allez aimer Majutsu. Les admins sont beaux et chaleureux, les modos mignionnes et tout aussi gentilles, et les membres aiment jouer et RPer, tout comme vous. Vous n'avez qu'à lire le règlement, vous inscrire, vous présenter, et HOP ! Vou serez un membre adoré ♥

Qu'attendez-vous pour nous rejoindre ?
À moins que tu préfère regarder le sexy Popup de connexion que je suis... hein ? =D


Ceci n'est pas un internat ordinaire ou prétendant d'être spécial. Il est VRAIMENT spécial !!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]

Aller en bas 
AuteurMessage
Acony Lanchester
#Sweet Horror
avatar

Date d'inscription : 28/07/2009
Nombre de messages : 129
Age : 24
Célibataire ?? : Bien entendu !
Amis : Aucun, c'est évident.
Points : 3772

Feuille de personnage
Race: Immortelle à jamais.
Pouvoir(s): Je peux, parfois, brièvement voir mon futur.

MessageSujet: Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]   Mer 29 Juil - 13:26

Tac _


Mes doigts ont effleuré la grande porte de ferraille. Mes pieds se sont rapprochés. Mes yeux se sont levés. Mes lèvres ont tremblées. Mon cœur s'est tut. Mon corps entier a réagi à ce contact frêle et infime. Depuis que son ombre m'avait été offerte, depuis que mes yeux avaient croisés sa structure imposante, depuis que les murmures et le souffle de sa respiration journalière m'était parvenus, je ne pouvais plus être Acony. Non, j'avais presque l'air normal. J'étais toujours laide, mais il me semblait avoir acquis cette partie d'humanité qu'il me manquait. Cette partie que j'avais perdue.

Ou que je n'avais jamais eue ?

Majutsu. Un mot qui ne voulait rien dire, pour moi. Mais il était inscrit sur une large plaque dorée. En dessous de ces lettres brillaient des mots, des signes. Un sens qui m'échappait tout à fait. Je n'avais pas idée de ce que j'allais faire. Mes doigts ont cessé d'effleurer la grille. Mes pieds ont cessé de se rapprocher. Mes lèvres ont cessé de trembler. Mon cœur s'est tut. Tout mon corps cessa de réagir lors de ce contact énorme, violent, bruyant. Ce contact durant lequel j'ouvrai la grille de métal qui me séparait de l'internat.

Je ne vous parlerai plus de ce voyage que j'ai effectué au cours de ces nombreuses dizaines d'années... De toute manière, il est inutile de vous raconter ce que vous ne vivrez sûrement jamais. J'ai eu peut, parfois. Peur de devoir reprendre la route pendant cent ans. Car ces soixante dix ans de vagabondage et de pauvreté m'ont fait devenir plus humaine. Je n'aime pas cette chose, les Humains. Ils s'entêtent à faire croire qu'ils s'aiment. Ils pensent que l'on peut "être amoureux". C'est tout à fait pitoyable. En outre, ils ont inventés ces signes stupides pour se justifier. Il l'embrasse, donc ils sont amoureux. Alors, si j'embrasse ma sœur, je l'aime ? Et si j'embrasse mon poisson, je l'aime aussi ? Et mon repas ?
C'est pour ça, que l'humain m'exaspère. A la question du poisson, il répondra "non, mais les animaux, ce n'est pas le même amour". Voilà, nous croyons tous ne pas être des animaux, mais des Humains. Après tout, l'Humain n'est qu'une bête féroce et hypocrite qui se met toujours au centre des intérêts. Il a un courant à son image. L'Humanisme ? Foutaises. On l'a vu passer, l'Humanisme, nous, les immortels. Un courant inutile. Enfin. Nous n'étions pas là pour en parler.

Je suis rentrée. Il était grand, ce hall. Grand et vide. Le bruit de mes pas dans mes petites chaussures noires, je l’entendais lézarder les murs. Je l'entendais danser sur les colonnes. Je l'entendais glisser sur le carrelage sous mes pieds. Je l'entendais revenir à moi. Et puis je l’entendais se répéter inlassablement, comme perdu dans la grandeur de ce hall, hurlant un appel au secours que seul moi pouvais discerner. Les autres devaient entendre ça comme un chant, une mélodie saccadée et délicate. Piano puis crescendo. C’est un musicien de mon voyage, qui m’avait ramassée et chauffée une nuit, qui m’avait appris ces mots. Je ne les avais jamais oubliés. Ils me semblaient parfaits, pour moi. Piano mais crescendo. Acony. Voilà. Je me suis arrêtée, faisant taire la complainte de mes pas, le hurlement et l’appel au secours de celle qui n’était jamais perdue, mais jamais au bon endroit.
Et jamais au bon moment.

J’étais terriblement seule. Personne ne semblait venir. Personne ne voulait venir. De toute manière, qui serait venu pour Acony ? Si je devais accueillir une fille comme moi, il ne fait aucun doute que je me serai pendue. Mais là, j’étais bien trop seule. Bien plus que d’habitude. Je me suis mise à me balancer. Lentement, régulièrement, pour me consoler. J’étais seule. Plus d’Acony. Plus de vie. Plus de pas. Plus d’appel au secours. Plus rien. Juste ce corps misérable au milieu d’un hall énorme, quelque part. Un endroit où il n’était pas invité. Un endroit où je n’étais pas invitée. Un endroit qui ne me connaissait pas. Un endroit que je ne connaissais pas. Que je cherchais. Mais sans le savoir.
Un endroit, et je le compris à ce moment là, un endroit où vivait ces gens, ces Humains étranges, et les autres. Pas des gens comme moi, mais encore différents.

Un endroit simplement pour moi.


[Excusez moi, je suis partie dans un délire toute seule n.n]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]   Jeu 30 Juil - 20:06

[ HRP, je souhaite tout d'abord a dire que vu le niveau de ton post, je vais passer pour un minable, u_u ]

Haletant, crispé, tendu, j'avançais vers ce bâtiment, qui me rappelait ce style gothique particulièrement intéressant. Il était vrai que la prestance de cette école, méritait l'éloge qu'on lui faisait mais dans sa structure elle cachait quelques choses, sans grandes connaissances du bâtiment, on sentait le mystère et le doute qui rôdait sur les toits de Majutsu. Majutsu, en voila un nom des plus connus, surtout des personnes marginales, dont je faisait partit intégrante. Regroupant immortel et Humain, cette vielle battisse fissurés ressemblais a un Asile, et pourtant...

J'avançais, valises a la main, le cœur serré, mes yeux peinait a restait ouvert, pas par fatigue mais pas peur. L'aura que dégageait cette école ne faisait que dérouter même les plus solide d'entre nous. Et pourtant j devais m'y rendre, je devais savoir, connaitre, apprendre, je devais trouver. Trouver ce Mystere qui plane au dessus de mon pourvoir, mon dont d'astrologie, ma connaissances des constellations.

Je voyais cette ombre en face de moi, cette femme, petite. Elle paressait mystérieuse et angoissée. ON pouvait croire que pour elle le temps s'était arrêter, rien ne bouger autour d'elle, elle même était immobile, la main posée sur la poignée de la porte telle une statue. Elle était très étrange, surtout quand son corps sortit enfin de sa carapace, sans m'apercevoir elle poussa la porte sans aucune conviction, rien ne semblait la rassurée. C' étais mon cas aussi. Regardant les 12 clef, voila quelques choses qui me rassurée, mes 12 portes ouvertes étaient vraiment sources de chaleur et de confiance.

La porte se referma sur moi, il était immpossible de pénétrer dans la bulle de cette femme, moi même qui avait retenu avec force la porte derrière elle, la jeune fille n'y prêtais attention. Moi aussi je me trouvais maintenant face a cette étape non des plus minces. Le choix entre une vie avec ces hommes, de mon cotés de la porte, ces humains tous si banals les uns que les autres, tous si identiques hypocrite. Ou alors m'offrir une nouvelle vie derrière cette porte, dans l'endroit ou cette fille était. Avec des hommes, tous différents, tous marginaux des gens compréhensif, intéressant. Mon cœur s'arrêta, ma gorge se serra il était maintenant temps de fair le pas. J'avais choisi ma vie. Mon épaule se posa sévèrement contre la ferraille, mes pieds en appuis sur le sol le poussa tant bine que mal cette porte qui grinçait au rythme de ma poussée.

J'étais la, avec mes valises, mes clefs, mes deux yeux, mais surtout avec cette femme qui ne semblait toujours prêter aucunes attention a ma personne. Le Hall, le bruit de mes roulettes résonnait, telle ue symphonie accueillant ses nouveaux membres, nous étions deux, deux être a part de la société, mais tout de même différents, nous étions la, sans savoir que faire nous attendions.
Revenir en haut Aller en bas
Acony Lanchester
#Sweet Horror
avatar

Date d'inscription : 28/07/2009
Nombre de messages : 129
Age : 24
Célibataire ?? : Bien entendu !
Amis : Aucun, c'est évident.
Points : 3772

Feuille de personnage
Race: Immortelle à jamais.
Pouvoir(s): Je peux, parfois, brièvement voir mon futur.

MessageSujet: Re: Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]   Ven 31 Juil - 7:05

Roll _


J’étais bien seule dans ce hall. Mon corps faiblard avait décidé que j’étais seule, sans personne. Et puis, je vis. Un éclair de lumière vive, blanc. Une image usée, qui dansait devant moi. Vielle image du futur, pauvre de toi. Condamnée à rester là, à te dandiner, et à te faire contempler par Acony. Je me voyais clairement, debout face à cet homme. Pas longtemps, je ne me vis pas longtemps. Peu de temps après, l’homme tendait une main. Et puis, tout disparu dans un panache de fumée sombre, laissant apparaître devant mes yeux le hall merveilleux.
J’imaginais alors la vie de mes visions. Est-ce qu’elles mourraient après m’être apparu ? Où alors, est-ce que c’étais à chaque fois la même femme qui enfilait des vêtements différent ? J’aurai préféré la deuxième version, car elle m’aurait empêchée d’avoir trop de contacts avec quoi que ce soit. Une seule chose de suffit. Je partis.

En fouillant dans ma poche, je trouvai un petit bout de papier. Je remarquai une petite tâche d’encre et, en l’ouvrant découvris une écriture fine et délicate, contrairement à la mienne qui devait savoir écrire à peu près quatre ou cinq mots. Je la lus, dans ma tête. Mon cœur la lut. Mon foie la lut.

« Bonjour Acony !
Je suis la vision, cette jolie chose qui vient t’envahir quelques fois. Oui, je ne suis qu’une seule personne, et, parfois, je me couvre de draps désagréables pour venir te voir. Mais ne t’en fais pas, l’homme derrière toi n’est pas méchant. C’est un Humain, tout bêtement. Il ne peut donc pas de faire de mal, n’est-ce pas ?
Acony, tu es mon amie, et je suis la tienne, non ? Fais-moi réellement confiance, et cesse de te fermer au monde. J’ai peur de ne pas être ta mère, mais s’il te plaît, ne cherche pas à disparaître à nouveau, comme tu le fais tout le temps. C’est un effort que tu te dois de fournir. »

Je me souviens avoir mangé le papier. Elle m’énervait à ce croire capable de me changer comme ça. J’eus un haut le cœur. Je revins.

Je n’avais pas bougé d’un pouce, et je ne saurais dire si m’on imagination m’avait prise dans ses bras des heures ou quelques secondes. Mais il fallut que je me résigne : il avait cet homme derrière moi. Mon corps entier hurla, alors, de dépit. Non, Acony, tu le sais parfaitement il n’y a personne ! C’est un humain, inutile, stupide ! Il va bientôt mourir quand toi tu prendras trois centimètres ! Allons, ne perds pas cette foie qui dort en toi ! La vision te ment, tu le sais, non ? Il est personne !
Et puis, je fis taire tout ce beau monde à l’intérieur de moi. Je n’avais pas besoin d’eux pour ignorer l’humain. J’avais besoin de la vision pour l’ignorer. Et pourtant, elle était convaincante, avec son histoire de Maman. J’hésitais encore, et puis, finalement…

Je me suis retournée.
Se dressait alors devant moi un jeune homme, un humain, qui me regardait avec un air surpris. Il était beau, et le savait. Sa chemise entrouverte sur son corps maigrelet laissait supposer à un charmeur de grande qualité. Instinctivement, une insulte mentale fut lancée pour mon œil, qui devait encore une fois attirer toute son attention. Cicatrice rougeâtre. Tu es de trop. J’ai baissé les yeux. L’admirer et vous le décrire serait inutile. Vous alliez sûrement le rencontrer, plus tard. Mais j’avais la chance de le voir, cet Humain aux traits délicats.

« Meurs, sale humain, meurs, meurs, meurs. »

Ce fut tout ce que je lui dis, avant de me taire à nouveau et de baisser la tête, en laissant balloter mes bras le long de mon corps. Je n’avais rien à lui dire d’autre. Sa présence ici me gênait, et il n’avait pas l’air de bouger. Soudain, je me souvins de la vision. C’était ça, juste ça que j’avais vu. J’étais bien face à lui. Je m’attendais à tout instant qu’il me tende la main, comme effrayée par ce geste déjà connu, et déjà vu.


[Excuse-moi, je me suis essoufflée dans mon discours, ce qui donne un truc un peu nul. Jespère ue ça te conviendra tout de même.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Acony Lanchester _ Arrivée. [FREE~]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» Clem Free, frère en service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Internat Majustu :: À l'internat :: Hall d'entrée-
Sauter vers: